Rentrée d'hiver 2022

Ève-Marie des Places, « La récitante » (Le Cherche Midi) : Lettres orphelines

Eve-Marie des Places - Photo Olivier Dion

Ève-Marie des Places, « La récitante » (Le Cherche Midi) : Lettres orphelines

L'alter ego d'Ève-Marie des Places est lectrice à haute voix d'une secte secrète de littéraires avant de devenir faussaire de fiction... Singulièrement virtuose. Tirage à 2300 exemples.

J’achète l’article 1.5 €

Par Sean Rose ,
Créé le 17.01.2022 à 09h00

Une orpheline, en typographie, est cette ligne solitaire en bas de la page ; la phrase se poursuit le plus souvent à la page suivante, ces mots esseulés ne trouvent leur sens qu'en continuant la lecture. Les typographes proscrivent les orphelines, qu'ils jugent inesthétiques. Lire La récitante d'Ève-Marie des Places donne l'impression de lire un livre composé d'orphelines, on a envie de tourner la page pour savoir la suite. C'était comme si ce premier roman était constitué d'une seule orpheline, sans mauvais jeu de mots (l'héroïne est seule au monde) - le nom mystérieux de l'auteure, ou plutôt son seul prénom : Ève, dont on cherche l'identité. On sent bien que la narratrice est l'alter ego de la primo-romancière. Et on tourne les pages tant on est intrigué par l'identité de celle qui nous livre son récit. Elle-même se présente comme une fille sans qualités, ne s'attachant à rien ni à personne. Avec un aquoibonisme d'époque, elle vaque à des occupations très peu lucratives mais nécessaires pour vivre. Se sentant différente de ses congénères, elle daigne les fréquenter en demeurant en marge. Ève se définit avant tout par sa solitude.

Ève n'a pas de père et, à 21 ans, vient de perdre sa mère. Cette mère qui l'avait eue très jeune, enseignait les sciences, était férue de musique et collectionnait les amants. Ève joue de la flûte et couche avec des hommes, sinon elle est plutôt littéraire, sans plus, assez pour être recommandée par un bibliophile, vieille connaissance de sa mère, comme récitante pour une secte secrète d'adorateurs de la langue française, qui s'appellent les Silentiaires. Le job consiste à lire à haute voix des classiques du XVIIe siècle, avec une diction la plus naturelle possible. Il ne s'agit pas d'un travail de comédienne. Ses gaucheries émeuvent le cénacle qui l'écoute religieusement. La rémunération s'avère insuffisante après la mort de sa mère. Elle devient encadreuse, un métier qui comble son besoin de concret. Un client lui propose d'encadrer clandestinement des gravures contrefaisant le style de Boucher ou Fragonard - des faux destinés au marché étranger. Le commanditaire l'introduit dans un cercle d'amis où se trouve une femme étrange du nom de Mathilde. Elle chasse les textes anciens autographes et édite des manuscrits contemporains. Séduite par Ève, Mathilde l'embauche comme lectrice. Ève deviendra-t-elle aussi faussaire de littérature, dans ce milieu où règne l'endogamie ? Le mystère s'épaissit...

Si la typographie déconseille les orphelines, nous recommandons vivement cette orpheline-ci : en cette rentrée d'hiver, Ève-Marie des Places mérite une belle place sur la table des libraires.

Ève-Marie des Places
La récitante
Le Cherche Midi
Tirage: 2 300 ex.
Prix: 19 € ; 272 p.
ISBN: 9782749171548

Les dernières
actualités