Edition

Laure Leroy : "La relation libraire était primordiale pour faire la réussite de Zulma"

Olivier Dion

Laure Leroy : "La relation libraire était primordiale pour faire la réussite de Zulma"

A l'occasion du 30e anniversaire de Zulma, sa directrice Laure Leroy tire le bilan des trente années écoulées, et lance une série de vidéos « Les Entretiens improbables » ainsi qu’une opération en librairie.

Par Cécilia Lacour ,
Créé le 18.01.2022 à 08h22 ,
Mis à jour le 21.01.2022 à 11h31

Quel bilan tirez-vous des 30 ans d’existence de Zulma ?
La maison fête à la fois ses 30 ans et ses 15 ans. Je l’ai refondée en 2006 : j’ai demandé à David Pearson de dessiner nos couvertures, nous avons resserré la production sur douze titres par an avec une volonté très affirmée de s’ouvrir aux littératures du monde entier. Dès 2006, nous avons aussi eu une attention très forte portée à la librairie avec la création d’un poste de chargé des relations libraires. Aujourd’hui, cela paraît une évidence mais ce n’était pas le cas en 2006 ! La relation libraire était primordiale pour faire la réussite de Zulma.

Il y a eu aussi une réelle diversification...

En 2013, nous avons lancé la collection de poche "Z/a", en publiant des titres de la maison et en menant une politique d’acquisition, puis une collection d’essais en 2019. Depuis deux ans, nous avons aussi installé des librairies éphémères l’été à Veules-les-Roses (76) ou encore à Avallon (89) qui connaissent un vrai engouement. 

Après 30 ans, nous avons un noyau de lecteurs très fidèles : nous enregistrons une jolie fréquentation sur notre site (entre 10 à 15 000 visiteurs uniques par mois). Nous leur faisons la promesse que Zulma leur fera une proposition belle, plaisante et originale. Et nous sommes désormais une maisons reconnue et identifiée par les lecteurs, notamment grâce à notre identité graphique affirmée. Elle permet de susciter la confiance, l’adhésion, la fidélisation même si on ne connaît pas le nom de la maison.

Vous avez lancé une série de vidéos sur YouTube, les "Entretiens improbables", pour célébrer l’anniversaire de la maison. Comment est née l’idée ?
Après le succès fou de la newsletter "Des nouvelles pour échapper aux nouvelles", nous en avons lancé une seconde: "La somme de nos folies", du titre d’un roman de l’auteure malaysienne Shih-Li Kow. Nous y présentons les livres de la semaine, ou des redécouvertes, une sélection thématique pour faire redécouvrir le fonds et une proposition cinéma en relation avec le thème d’un de nos ouvrages. C’est un rendez-vous hebdomadaire vivant que nos lecteurs disent apprécier. Pour les 30 ans de la maison, j’ai donc voulu adapter cette formule. 

En quoi consistent alors les "Entretiens improbables" ?
A travers 52 vidéos, une vidéo par semaine, nous allons poser des questions farfelues et tout à fait improbables à celles et ceux qui font la maison : l’équipe, les auteurs, les traducteurs et les proches collaborateurs. Ces questions donnent à découvrir la personnalité de chacun et chacune d’entre eux. Nous leur demandons aussi de présenter trois coups de cœur issus du catalogue de Zulma. Ce qui est intéressant est que personne n’est resté enfermé dans son domaine. Par exemple, dans une vidéo à venir, l’auteur arabophone Abdelaziz Baraka Sakin, dont le dernier titre Le messie du Darfour est paru en mars dernier, nous parle d’un auteur de langue perse tout en montrant le livre publié en français. C’est quelque chose de magique : même un auteur non francophone a trouvé trois coups de cœur dans notre catalogue parce qu’il a lu les livres en anglais ou en arabe. Quand les auteurs et traducteurs nous parlent de leurs coups de cœur, on se rend alors compte à quel point ils sont avant tout des lecteurs.

Une opération en librairie est-elle prévue ?
Nous avons imaginé un très beau matériel promotionnel pour fêter ces 30 ans en librairie. Nous avons fait fabriquer une série de douze éventails très simples et colorés par la créatrice Véra Pilo. Nous avons également demandé à Rosa Maria Unda Souki, autrice de Ce que Frida m’a donné publié en août dernier, de créer quatre affiches dans lesquelles elle met en scène 20 et 25 livres emblématiques de la maison dans des paysages qu’elle a dessiné. Ces affiches sont accompagnées de cartes postales. Ce matériel de mise en avant n’est pas jetable : ce sont de beaux objets qu’on peut garder.

Les dernières
actualités