Prix littéraire

Andreï Makine, lauréat du prix des Romancières 2021

Photo Ulf Andersen/Seuil

Andreï Makine, lauréat du prix des Romancières 2021

Le prix des Romancières 2021 est attribué à Andreï Makine pour son roman L'ami arménien, paru en janvier chez Grasset. "J’ai surtout e?te? sensible au message fondamental qui traverse votre roman : rien ni personne ne me?rite la haine", a réagi Michèle Kahn, la présidente du jury.

Par Dahlia Girgis ,
Créé le 31.03.2021 à 17h09 ,
Mis à jour le 31.03.2021 à 23h06

Décerné le mercredi 31 mars dans les locaux de Livres Hebdo, le prix des Romancières 2021 est attribué à Andreï Makine pour son roman L'ami arménien, paru en janvier chez Grasset. Elu au premier tour, le lauréat recevra un chèque de 3000 euros, financé par la ville de Saint-Louis, lors du 38e Forum du Livre de Saint-Louis, le 16 avril.

"J’ai surtout e?te? sensible au message fondamental qui traverse votre roman : rien ni personne ne me?rite la haine. Et c’est notre capacite? d’amour envers les autres qui nous rend aptes a? re?ussir une existence humaine", a réagi la présidente du jury, l'auteure Michèle Kahn. Le reste du jury est composé de romancières, d’une libraire et du lauréat 2019, Jean-Paul Delfino, le prix n’ayant pas été décerné en 2020.

Un académicien au palmarès enviable

Le roman d’Andrei? Makine se de?roule en Sibe?rie dans les dernie?res anne?es de l’empire sovie?tique. Un garc?on de 13 ans, qui vit dans un orphelinat, prend a? l’e?cole la de?fense d’un adolescent fragile, Vardan. Il le raccompagne dans le quartier du "Bout du diable", et de?couvre la? une famille arme?nienne. Ces gens ont quitte? leur patrie afin de soutenir leurs proches emprisonne?s ici. Ils ont cre?e? une organisation clandestine qui soutient l’inde?pendance de l’Arme?nie. Un malentendu conduit le narrateur à être à son tour menacé et incarcéré.

Primé par trois fois en 1995 pour Le Testament français (Seuil) avec le Médicis, le Goncourt des lycéens et le Goncourt, Andreï Makine est né en 1957 à Krasnoïarsk en Sibérie. Après des études de français et de philosophie, et une thèse sur la littérature française contemporaine à l'université de Moscou, il s'installe clandestinement à Paris en 1987, et obtient l'asile politique. Il devient ensuite enseignant à l'Institut d'études politiques de Paris. Il a aussi été récompensé par la Grande médaille de la francophonie, legrand prix RTL-Lire pour La Musique d'une vie, le prix Prince-Pierre-de-Monaco pour l'ensemble de son œuvre et le prix mondial Cino-Del-Duca. Il est membre de l'Académie française depuis 2016.

Les dernières
actualités