Disparition

Décès de Linda Lê, romancière des ombres

Linda Lê - Photo LIONEL BONAVENTURE AFP

Décès de Linda Lê, romancière des ombres

L’écrivaine de Cronos et Les Évangiles du crime est décédée à l’âge de 58 ans, le lundi 9 mai. Elle avait reçu en 2019 le prix littéraire Prince Pierre de Monaco pour l'ensemble de son œuvre.

J’achète l’article 1.5 €

Par Dahlia Girgis ,
Créé le 09.05.2022 à 16h12 ,
Mis à jour le 13.05.2022 à 10h02

La romancière Linda Lê est décédée à l’âge de 58 ans, le 9 mai a annoncé son éditeur Stock. En 2020, elle publie chez eux son dernier ouvrage Je ne répondrai plus jamais de rien. Au lendemain du décès de sa mère, la narratrice enquête sur les mystères qui entourent la vie de la défunte. Le roman est publié le 25 mars dernier en format poche aux Points.

Née en 1963 à Dalat, au Vietnam, l'autrice de Lame de fond (Bourgois, 2012) avait reçu en 2019 le prix littéraire Prince Pierre de Monaco pour l'ensemble de son œuvre. Après avoir fui la guerre dans son enfance, elle se rend en France au Havre en 1977. Quatre ans après, elle s'installe à Paris pour suivre les cours de khâgne au lycée Henri-IV, puis s'inscrire à la Sorbonne. Son premier roman, Un si tendre vampire, paraît en 1986 à La Table Ronde.

Sa réputation se construit quelques années après, en 1992, avec la parution chez Julliard de son livre Les Évangiles du crime. Elle y narre l'histoire de quatre crimes, contre l'autre ou contre soi-même. Depuis, l’écrivaine est principalement publiée chez Christian Bourgois. Chez cet éditeur, elle publie notamment Cronos, lauréat en 2015 du prix Wepler - Fondation La Poste. Elle y dépeint un Royaume tyrannique où le Ministre de l'intérieur impose tortures et sévices à tout acte rebelle. Sa femme, Una, cherche à entrer en résistance.

Dans sa carrière littéraire, Linda Lê est auréolée de multiples autres récompenses telles que la bourse Cioran en 2010 ou le Prix Renaudot du livre de poche pour À l'enfant que je n'aurai pas en 2011. Critique au Magazine Littéraire ou encore à AOC media, l'écrivaine a établi l’édition complète des œuvres de Panait Istrati. Elle s’est aussi essayée à la chanson en co-signant trois chansons de Jacques Dutronc pour son album Brèves Rencontres.

Les dernières
actualités