Paris

La Fnac Italie 2 rend les clés, les libraires gardent le sourire

La Fnac était installée depuis 2001 à Italie 2 - Photo DR/Fnac

La Fnac Italie 2 rend les clés, les libraires gardent le sourire

La Fnac installée dans le centre commercial Italie 2 au sud de Paris ferme définitivement ses portes à la fin du mois de juin. Onze librairies à proximité de l'enseigne mettent en place une campagne de communication pour mettre en avant l'importance de leur rôle comme commerces de proximité.

J’achète l’article 1.5 €

Par Adriano Tiniscopa ,
Créé le 23.06.2022 à 12h50 ,
Mis à jour le 27.06.2022 à 11h10

A la fin du mois de juin, la Fnac ferme sa boutique d'Italie 2, installée depuis 2001 dans le XIIIe arrondissement de Paris. Onze librairies indépendantes des alentours lancent une campagne de communication (sur les réseaux sociaux, tracts, affichage...) pour rappeler aux clients et lecteurs qu'elles demeurent encore.

Onze librairies des XIIIe et Ve arrondissements de Paris, Bulles en vrac, Vocabulaire, Jonas, Le Chat Pitre, Le Comptoir des lettres, L'Herbe rouge, Les Oiseaux rares, Les Traversées, la Librairie du désordre, Maruani et Pescalune font savoir dans un communiqué qu'elles « étaient là avant, et qu'elles sont là après ». « Nous sommes peut-être incisifs mais pas satisfaits que des emplois soient supprimés. Notre premier combat c'est que les gens ne retournent pas uniquement sur le commerce en ligne, le commerce de proximité est générateur d'emplois ! », déclare Renny Aupetit, directeur du Comptoir des lettres. 

45 emplois supplémentaires ? 

« Les 11 librairies concernées représentent 38 emplois (CDI à plein temps). Si le report des achats de livres effectués à la Fnac se faisait intégralement sur les librairies du quartier, elles pourraient créer jusqu'à 45 emplois supplémentaires de libraires et ainsi renforcer et dynamiser la vie de quartier », détaille le collectif des librairies.

Ouverte depuis 21 ans dans le sud de Paris, la Fnac Italie 2 a, d'après l'enseigne, été victime du prix de l'immobilier. « Les conditions qui nous étaient imposées par le bailleur ne nous convenaient pas pour que nous puissions rester dans de bonnes conditions », a expliqué Léo Le Bourhis, chargé de la communication de l'enseigne Fnac.

 

Les dernières
actualités